Tout journaliste sait que l’article qu’il écrit pourra être coupé et même réécrit. Un bon journaliste l’accepte sans se vexer. Celui qui fait ce travail de réécriture est aussi un journaliste. Il le fait pour rendre les articles plus lisibles, plus intéressants et pour leur permettre d’occuper leur place réservée sur la page du journal qui n’est pas élastique. Il faut donc pour celui-ci une maîtrise des techniques de la rédaction et… beaucoup de diplomatie.

LA RÈGLE D’OR
La modification (coupe ou réécriture) doit toujours se faire dans le seul intérêt du lecteur. Et non pas pour faire plaisir à celui qui coupe ou réécrit. La réécriture est conçue pour rendre le papier plus “ accessible ” au lecteur.

LES RAISONS DE RÉÉCRIRE

  • Pas d’angle: le rédacteur s’est laissé déborder par son sujet et a voulu parler de tout sans choisir un angle. C’est une erreur et il faut réécrire. Un angle signifie un message clair et principal. Il faut donc faire la liste de toutes les informations de l’article et choisir la plus importante: elle formera la structure de l’article et toutes les autres informations se rangeront derrière elle. Si certaines informations ne peuvent pas aller avec la principale, il faut les abandonner ou les réunir dans un autre article.
  • Un message principal enfoui sous les détails: l’article est mal construit parce qu’il ne s’ouvre pas sur l’information la plus importante mais il la noie dans le troisième paragraphe ou même dans le dernier. Il faut alors “ faire remonter ” l’information la plus importante dans le premier paragraphe, dans le titre et dans le chapeau. (voir fiche n°5)
  • Les mots compliqués: dès qu’un lecteur doit se plonger dans un dictionnaire pour comprendre un mot ou plusieurs, il risque de ne plus continuer à lire l’article. Alors, nul besoin d’utiliser des mots longs et compliqués pour faire “ savant ”, surtout si celui qui les utilise ne les comprend pas lui-même complètement. Mieux vaut les remplacer par des mots concrets, simples et clairs pour tous.
  • Les phrases trop longues: si le lecteur doit relire deux fois une phrase parce qu’entre temps il en a oublié le sujet, il abandonnera l’article. Les phrases trop longues doivent être réduites. Il suffit parfois simplement de mettre un point là où l’auteur a mis de nombreuses virgules.
  • Les citations mal citées: la parole (entre guillemets) des gens interviewés est très importante dans un article. Sauf si les citations sont trop longues, avec des hésitations, des répétitions, des formules banales… Il faut donc les raccourcir et les corriger un peu tout en respectant l’esprit et les expressions fortes de l’interviewé. Mais de grâce, ne par citer ses fautes de français ou ses formules creuses! On appelle cela “ des discussions de café du commerce ”, pleines de généralités, et ça n’est pas du journalisme.
PARTAGER

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE